INFO-Réunion
Alain BÉNARD : La déclaration

Alain BENARD

Depuis une dizaine d’années, j’écoute et j’entends les Saint-Paulois.

Peu à peu, je me suis fait une idée de ce qui pourrait nous rassembler.

Plus qu’ailleurs peut-être, nous partageons une identité. Elle s’est forgée au fil de l’Histoire du peuplement de La Réunion.

Cette identité s’est construite autour d’une langue, d’une cuisine, de façons de se comporter… 

Elle s’est élaborée autour de solidarités qu’elles soient familiales, de voisinages, professionnelles ou amicales.

Elle s’implante aussi dans les valeurs de la République que ce soit en matière de vie ensemble ou de laïcité.

Cette identité est aujourd’hui menacée par l’envahissement agressif de la culture anglo-saxonne qui prône l’individualisme, la ségrégation et le communautarisme.

Il est facile comme ailleurs de baisser les bras, mais nous pouvons aussi résister.

On peut le faire à l’échelon  individuel, associatif, mais les collectivités locales, elles aussi ont un rôle à jouer pour préserver et promouvoir notre identité réunionnaise.

Les municipales ne peuvent pas se résumer à un concours de promesses jamais tenues, ni se réduire à un catalogue des compétences communales, toutes déclarées importantes.

Pour un territoire comme celui de Saint-Paul, une élection municipale doit être le moment pour les électeurs de choisir une orientation pour leur commune.

Sans projet, la politique se réduit à la gestion des affaires courantes ce que fait parfaitement l’administration.

L’engagement politique n’à donc de sens que si l’on propose une vision claire de son territoire et du devenir de ses habitants.
 
C’est dans ce contexte que je conduirais une liste en 2020.
Cette liste proposera un projet, un programme et une méthode.

Le projet
S’il s’agit seulement de sortir les sortants dans une espèce de jeu de chaises musicales, pourquoi voter ? 

Pas plus que l'esclave ne se libère en changeant de maître, le citoyen ne s'émancipe en changeant de maire… 

Les municipales seront le moment pour nous tous, de nous interroger sur le chemin que doit prendre Saint-Paul.

Que sera notre commune dans cinq, dix ou quinze ans, oussanousava et à partir de quoi ?

Un ancrage me semble essentiel.

À La Réunion, plus qu’ailleurs, il importe de transmettre et de promouvoir notre héritage commun de « vie ensemble » qui fait notre exception.

Cet héritage, articulé autour de la diversité, est inséparable de la connaissance des autres. 

Notre génération doit continuer à faire connaître, faire savoir, faire aimer, faire partager, faire respecter la différence, dans le cadre des lois de la République.

Ce qui est vrai pour les hommes, l’est aussi pour leur environnement. 

Comment pouvons-nous transmettre à nos enfants, une île aussi préservée que possible des nuisances humaines ?

Nous savons tous que les interdits et les sanctions ne suffisent pas, il faut une adhésion de chacun. 

Sauvegarder, faire aimer, faire respecter la diversité écologique de notre île est inséparable de la Démocratie qui est au cœur de notre projet. 

Il nous est possible de relever tous ces défis si nous sommes libres et solidaires. Toujours plus libres, toujours plus solidaires.

Rendre les Saint-Paulois plus libres qu’ils ne l’ont été par le passé, plus libres de penser, de se déplacer, de travailler, de proposer, de construire, de protéger et de promouvoir notre environnement.

Plus libre et plus solidaires, en développant les réseaux, les associations.

Demain, plus qu’hier, la vraie richesse sera d’appartenir.
Des appartenances librement consenties, dans une commune plus fraternelle.

​Le programme
L’ensemble des compétences communales seront déclinées en fonction de cet objectif :
vivre ensemble, plus libres et plus solidaires dans un environnement sain.
Je voudrais particulièrement insister sur ce point :
Que ce soit sur la politique culturelle, sportive, économique, sociale, environnementale… 
Des conseils formalisés incluant les acteurs concernés seront mis en place dès le début du mandat.

Ils déclineront, dans le cadre du projet global, les mesures à prendre. 
Par ailleurs, ils auront un rôle d’évaluation, de surveillance et de suivi.

Deux commissions en particulier

Celle qui concerne l’économie.
Un conseil de développement sera mis en place dès le début du mandat. 

Ce conseil, construit en partenariat avec le monde de l’entreprise aura pour but, entre autres, d’orienter les dépenses communales vers les ressources et les acteurs locaux que ce soit en termes d’agriculture, de tourisme, de  pêche, de travaux publics …

Pour ce qui concerne l’action sociale.
Les orientations du Ccas seront redéfinies. Notre commune compte plus de trente pour cent de chômeurs et un tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. 

Une priorité sera de soutenir fortement et de promouvoir toutes les initiatives visant à aider les familles qui en ont le plus besoin, en particulier quand il s’agit de l’économie sociale et solidaire. 

Une Commission Spéciale sera mise en œuvre à cet effet.

Ces deux commissions feront l’objet d’une communication particulière dans les prochaines semaines. Il sera précisé leur composition et leur mission.

 
Par ailleurs je voudrais insister sur quelques points.

Le P.L.U de Saint-Paul.

C’est un outil d’aménagement décisif. 

Il devra répondre aux attentes légitimes des habitants de la commune notamment en matière de logement et de foncier économique.

La collectivité produira des espaces pour les entreprises. Comment en effet réduire le chômage quand, de fait, on ne peut pas entreprendre ?

En matière de logement, la reproduction des schémas nationaux, aboutit inévitablement aux mêmes résultats : déracinement, perte de repères, malheur et délinquance...

L’empilement de contraintes diverses, toutes légitimes une à une, aboutit dans l’espace fermé qu’est notre île à des aberrations humaines, sociales, économiques et environnementales.

Comme il est vain d’espérer voir l’Assemblée Nationale s’emparer de cette question, il reviendra à notre liste, de développer Saint Paul dans les interstices de la loi.

Nous allons privilégier les lotissements « à terre » aux immeubles et l’accession à la propriété plutôt que la location… laquelle est destructrice de l’identité et ne produit que du chaos.

Notre liste favorisera toutes les solutions foncières qui pérennisent les liens et les solidarités familiales. 

A propos du système d’attribution des logements sociaux...
C’est devenu une fabrique de déracinements, une machine à broyer les identités.

Elle suscite incompréhension et colère de la part des Saint-Paulois.

Notre liste s’associera et renforcera la revendication légitime des habitants qui demandent que les logements soient attribués en priorité à ceux qui habitent les quartiers où sont construites ces résidences.

Un point sur la culture.
Tout sera fait pour renforcer notre identité, parce que c’est d’elle que tout pourra se construire. 

Nos enfants, en particulier, doivent connaître l’Histoire de leur commune, ainsi que celle de leur île et l’exception qu’elle constitue.

Une équipe de chercheurs, en collaboration avec les historiens Saint-Paulois, aura pour mission d’élaborer le Grand livre de l'histoire de Saint-Paul. 

A charge pour eux d’approfondir les aspects méconnus et les points controversés de l’Histoire de notre commune.

Par ailleurs, les Arts Vivants seront sollicités pour animer les évènements qui ont ponctué notre Histoire et notre Culture…Du procès de La Buse à Gran Mèr Kal en passant par Leconte De Lisle, Eugène Dayot… et Danyèl Waro…

Le conseil de la culture aura aussi pour mission de définir une politique globale qui mette en valeur les talents Saint-Paulois.



Concernant  les associations. 
Le monde associatif est au cœur de notre savoir-vivre ensemble. 
Il sera mis fin au monnayage annuel des subventions. 
Ce système est humiliant et il entrave l’action des associations.

Une contractualisation pluriannuelle avec le monde associatif sera mise en place. Elle donnera aux acteurs locaux une visibilité financière sur cinq ans.

Pour ce qui concerne le TCO.

Saint-Paul pèsera de tout son poids pour que le transport de personnes soit amélioré et permette une plus libre circulation.

De nouveaux moyens de transports doivent être étudiés.
 
Le système de ramassage des ordures ménagères devra être revu afin que ce soit des artisans camionneurs qui se substituent aux multinationales.

La question de Cambaie. 
Nous voulons y construire une ville, pas seulement un empilement de logements qui on le sait tous, est générateur de mal-vivre. 

L’espace de Cambaie deviendra une ville à vivre, dotée de tous les services : santé, éducation, sécurité, culture, sports, économie, culte…Une ville écologique et participative, telle qu’elle a été définie en 2005.

Cambaie, c’est dans l’ouest, le dernier espace libre sur l’Océan. Ce sera donc une ville balnéaire résolument ouverte et tournée vers la mer.
Nous procèderons à une refonte administrative.

Objectivement, notre commune est composée d’une dizaine d’agglomérations : la Saline, Bois De Nèfles, le Guillaume, Saint Gilles les Bains… 

Ces agglomérations constituent l’Archipel Saint-Paulois. 

Chacune de ces agglomérations à son identité, des ressources, des valeurs : ce sont des espaces pertinents de mobilisation de l’ensemble des acteurs.

Dans l’hexagone, ces villes constitueraient des communes de plein exercice. 

Depuis toujours, elles vivent sous la tutelle de la commune centrale.

Notre objectif est de les gérer comme des Arrondissements.
Il s’agira d’en valoriser les ressources, de travailler à la cohésion et au développement d’une véritable société locale où chacun puisse vivre ensemble et en sécurité.

Avec le temps, ces Arrondissements seront dotés des mêmes moyens de fonctionnement financiers et humains que s’ils avaient été des communes de plein exercice.

Il sera donc mis en place une nouvelle architecture. 
- Les conseils de quartiers, installés au tout début des années 2000, sont un champ d’action de proximité, pertinent et fédérateur. Ils seront revitalisés et composeront la base des conseils d’Arrondissement.

- Le conseil d’Arrondissement constituera le socle de la construction participative d’un projet local de développement. Une organisation administrative déconcentrée accompagnera et  soutiendra les projets de chacun de ces Arrondissements…notamment en matière de tourisme et d’aménagement.

- Le conseil municipal aura la charge de coordonner les politiques des arrondissements.

​La méthode
Aucun projet, aucun programme ne peut aboutir sans une mise en œuvre adaptée.

Au niveau communal, il ne s’agit pas de savoir lequel des candidats est le plus écologiste, le plus à gauche, le plus centriste, le plus à droite… 

Il s’agit d’identifier le plus démocrate, celui qui place en avant, la reconnaissance et la considération à laquelle les citoyens ont droit. 

Les Gilets Jaunes ont mis au grand jour, ce que tous les responsables savent depuis les années 2000 : les citoyens ne veulent plus être transparents, invisibles, contournables… 

Nous avons tous une faim inassouvie de reconnaissance, de considération, d’écoute…

S’il faut encore prendre le pouvoir municipal, ce n’est plus pour l’exercer, mais pour le rendre aux citoyens, aux réseaux, aux usagers, à la multitude …

Je propose donc aux Saint-Paulois une liste qui s’engage à réaliser un changement de posture de l’élu, qui de décideur devient accoucheur de l'intérêt général par : 

-Un mode de gouvernance dans lequel aucune décision n'est prise, sans la consultation des gens qui auront à vivre avec cette décision. 

-Le dépassement du traditionnel tête à tête, élus/administratifs auquel il sera substitué la co-construction élus/administratifs/citoyens.

-Une gouvernance de l'appareil municipal prenant en compte les employés dans une gestion partagée.

Comment allons-nous procéder ?
La Démocratie est un continent dont nous ne connaissons que les rivages.
Elle ne se résume pas au suffrage universel. 

Les outils d’une Démocratie modernisée existent déjà. Ils ont pour noms : sondages, conseils de quartiers, budget participatif, jurys citoyens, conférence de consensus, référendum local…

Si la révolution numérique a transformé les gens et la société, elle fournit aussi les moyens techniques de mise en œuvre de ces nouveaux outils.

Certains d’entre eux sont déjà utilisés en France ou ailleurs dans le monde. 
C'est vrai qu'ils ne sont pas encore tout à fait au point. 

Mais si nos ancêtres n'avaient pas pris le risque et le temps de mettre en œuvre le suffrage universel, on en serait encore sous la royauté. 

Il faut rappeler qu'au départ, seuls les riches votaient, puis seulement les hommes…

Notre liste utilisera donc ces nouveaux outils de démocratie. Le plus souvent et le plus largement possible.

C’est dans cette perspective que nous allons transformer le fonctionnement de l’appareil communal actuel.

En effet, si on veut que l'organisation municipale soit en phase avec  ces nouveaux outils de démocratie, il faut aussi transformer le management des ressources humaines.


Il est devenu inadmissible et absurde de continuer à diriger les services municipaux sur le mode du « travaillez et taisez-vous ».

Si une mairie décide de se mettre à l'écoute des citoyens et d'élaborer avec eux les décisions communes, elle se doit dans le même temps de mettre la gestion des ressources humaines au diapason. 

Pour traiter l'attente de la foule devenue intelligente et l'hyper demande citoyenne qui est foisonnante et multiple, il faut bien poser en face une structure administrative souple et réactive.

Notre liste mettra fin au modèle de la pyramide. En haut, le maire, les élus et les employés en dessous, il existe : 

-des méthodes de gestion, qui responsabilisent et valorisent le savoir-faire des personnels, 
-des procédures qui permettent de les associer aux décisions pour qu'ils les bonifient. 

Nous les mettrons en œuvre.

Ainsi, le projet de Gestion par Consentement entamé en 2006 au sein de l’appareil communal sera repris et mené à son terme.

On ne peut pas faire avancer une commune sans ses employés, qui sont d’abord des citoyens. Ils doivent eux aussi être respectés, considérés, écoutés, entendus…

La gestion du personnel doit devenir transparente, moderne, adaptée à notre temps. 

L’époque du maire « roi » qui décide de tout est dépassée.

Comme tous les citoyens de Saint-Paul les employés attendent une réforme radicale des rapports avec les élus. Ils doivent par ailleurs disposer effectivement  de la liberté d’opinion.

Un comité d’évaluation indépendant sera mis en place. Il aura un rôle de contrôle et de suivi des réformes.

Il disposera des moyens nécessaires à ses travaux.

Ses communications seront rendues publiques.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :