INFO-Réunion
Jean-François SAMLONG

Eric Boyer

 Jean-François Samlong est né en 1949 à Sainte-Marie. Poète, romancier, essayiste et traducteur de textes créoles en français, il est aussi professeur de français. Il reçoit des prix littéraires pour des romans.

 

Avec Gilbert Aubry, poète et évêque de La Réunion, ils fondent le mouvement « La Créolie » qui a pour but d’intégrer toutes les diversités constitutives de la société réunionnaise, en opposition à la vague d’assimilation culturelle qui niait l’histoire, la langue créole et la culture.

 

La place de son œuvre dans la littérature

 

En 1978, il crée la maison d'édition UDIR (Union pour la Défense de l'Identité Réunionnaise).

Docteur ès lettres, Samlong est coordonnateur du dossier Langue et Culture Réunionnaises (LCR) au rectorat de La Réunion. En tant qu’enseignant, il participe à l'élaboration de deux manuels scolaires sur la littérature réunionnaise pour le collège et le lycée.

 

Dans ses écrits poétiques, Jean-François SAMLONG fait référence aux activités quotidiennes de la vie réunionnaise et en particulier celles qui illustrent sa dureté.

 

« Son balo linz dési son tèt

li monte la pant la rivièr

La zanm i pli sou la doulèr

li voi pi klèr si tan la sièr.. » (extrait de Zétoil katrèr, éditions UDIR -1990)

 

Très sensible à la souffrance et aux inégalités sociales, il s’appuie également sur le socle de l’histoire qui a constitué la société réunionnaise.

 

«..tes révoltes tes gémissements

le grand rire muselé

de ta résignation crucifiée

Sur ton front où viennent mourir

le Verbe et l’Appel de la liberté.. » (extrait de Valval, éditions Anchaing -1980)

 

Jean François Samlong s’inspire de tout ce qui forge La Réunion issue d’un peuplement d’horizons multiples (Asie, Afrique, Europe, Les Comores, Madagascar…) : langue, conte, légendes, sirandanes….Il défend ainsi une identité réunionnaise plurielle dans l’espace de la Créolie.

 

Bibiographie poétique

-Crucifixion, chez l'auteur, 1977.

-Le Voile d'Isis : Poésies réunionnaises , UDIR, 1978.

-Valval, Anchaing, 1980.

-Le cri du lagon, Anchaing, 1981.

-Solèy do fé, Editions Udir, 1990.

 

 

Parenthèse poétique
 

RÉMINISCENCE

Il y a un cafre qui joue du bobre
Sur l'esplanade de mon enfance
Je sens sa sueur couler dans mon dos
La racine de ses cheveux sous ma peau
Je pile du café sur l'argamasse
Et ma négresse me tend une calebasse
Je me désaltère pour la vie .

Il y a des lendemains au goût des andettes
Qui rêvent dan' bois d'jacques pourri
Je tends un bras dans mon passé
Pour saisir un bouquet de margozes amers
Pipangaille côtelée piments secs
Des avenirs marqués par le fer
Je rêve aux rêves de la vie .

Je vois se traîner l'alizé du sud
Dans les fatiques mariées aux cannes
Il y a une ombre qui dort dans le canal
Je reconnais mes chaînes d'autrefois
J'entends pleurer un enfant seul
Qui mange des goyaves verttes
Et pleure des pleurs de la vie.

Il y a des regrets comme des cascades
Qui dégringolent  à n'en plus finir
Sur des jours de bois d'ébène
Pourtant il faut oublier ses chaînes
Les souvenirs qui se battent comme bichiques
Aux portes noires de l'embouchure
Et  rire du rire de la vie.


 


 

 

 



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :